Le porc ibérique : son origine

Le porc ibérique constitue un met de choix surtout lorsqu’il est transformé en jambon. Voici un bref aperçu concernant l’origine du patanegra tant désiré par les fins gourmets.

Le porc ibérique : un voisin du sanglier

Le porc ibérique est un animal propre à la péninsule éponyme, il est essentiellement destiné à la production de jambon bellota. Ce type de porc s’est développé notamment dans la zone frontalière entre le Portugal et l’Espagne. Son élevage est surtout localisé dans la Salamanque, l’Estrémadure et l’Huelva.

Le porc ibérique a une forte ressemblance avec les sangliers. Il se distingue des autres races par sa peau de couleur grise et ses pattes noires. Une fois adulte, il affiche une allure plutôt enrobée due à la lenteur de sa croissance. Il faudra entre un et deux ans pour que le porc soit prêt pour sa transformation.

Porc ibérique : un animal semi-sauvage

Contrairement aux autres espèces porcines, les porcs ibériques vivent en semi-liberté à l’intérieur d’un Dehesa. Il s’agit d’une forêt constituée de chênes-lièges et de chênes verts. Ils se nourrissent d’herbes, de bellota (glands), de châtaignes et de céréales. La plupart du temps ils vivent dans les prairies et les sous-bois.

L’appellation Pata Negra, provient de la couleur noire des sabots du porc ibérique. Son élevage se fait à l’état sauvage pendant deux ans puis ils sont élevés dans des enclos dans l’objectif de mieux contrôler leur alimentation. Pendant cette période ils se nourrissent de maïs, de houblon, de blé ou de glands et d’herbes de pâturage selon la qualité du jambon de bellota désirée.