Le succès du réseau optique de la MGEN

Dans l’optique de l’optimisation de ses dépenses annuelles, la MGEN qui est la première mutuelle santé de France poursuit une logique de conventionnement de plus en plus importante.

A travers la mise en place de ce dispositif, la MGEN entend maintenir le tarif de mutuelle à un niveau acceptable car les cotisations ont tendance à s’envoler depuis quelques années. Il s’agit tout bonnement de la conséquence du désengagement progressif de l’Assurance Maladie sur le terrain de la protection sociale qui résulte lui-même des difficultés éprouvées à assumer l’envergure des dépenses de santé consenties sur le territoire hexagonal. Dès lors, la souscription notamment d’une mutuelle familiale devient indispensable pour les foyers Français s’ils souhaitent conserver un niveau de protection sociale équivalent à celui dont ils disposaient dans le passé. En somme, l’adhésion auprès des services complémentaires d’une mutuelle constitue une alternative salutaire pour de nombreux assurés sociaux qui n’ont pas la chance de s’en voir attribuer une dans le cadre de l’exercice de leur activité professionnelle.

Ainsi pour en revenir à la question de la logiquement de conventionnement mise en œuvre par la MGEN, il nous appartient notamment d’évoquer le succès de son réseau optique : « Lorsque fin 2010, par respect du droit de la concurrence, le groupe MGEN a renouvelé son réseau d’opticiens conventionnés, plus d’un opticien français sur deux a répondu spontanément à l’appel à candidatures ». Cependant depuis quelques semaines, la MGEN se heurte à un important mouvement de contestation de la part de certains prestataires qui s’interrogent sur l’équité d’un tel système de conventionnement dont ils se trouvent exclus pour des raisons diverses. Si une intervention du Législateur semble impérative pour mettre un terme à ces querelles, il est en revanche nécessaire de souligner que la MGEN s’affirme comme résolument favorable au principe même de l’opportunité d’établir certains partenariats comme c’est d’ores et déjà le cas dans le secteur optique.